• Le tétraèdre amoureux

    Le tétraèdre amoureux

    Un tétraèdre élémentaire,

    pas même régulier,

    vivait heureux à sa manière

    et de quelques simples faces triangulaires,

    savait se contenter.

    Un jour qu’il allait à la ville,

    clopin-clopant sur ses sommets

    – Ne riez pas ! Cela n’est point facile –

    il tomba amoureux, foudroyé

    d’une superbe émeraude taillée

    qui resplendissait de ses mille facettes.

     Il offrit en gage à la belle coquette,

    dans l’espoir d’un sourire, un bouquet d’arcs-en-ciel

    en jouant au prisme avec le soleil.

    L’altière gemme n’en montra que mépris :

    « Que voudriez-vous donc que l’on fît

    des grotesques tours de passe-passe

    de vos quatre ridicules faces ? »

     Au lieu d’abandonner sagement l’orgueilleuse

    à son affèterie prétentieuse,

    le tétraèdre, ensorcelé,

    résolut de se faire modeler

    par quelque habile lapidaire.

    L’émeraude resta de pierre

    et, se moquant de ses efforts,

    railla en lui comptant les dièdres :

    « Octaèdre ?... Dodécaèdre ?... Icosaèdre ?

    Fi ! Vous pouvez bien vous sectionner encore ! »

    Le soupirant éconduit s’obstina.

    Pour vivre jusqu’au bout son rêve,

    plein d’acharnement, s’en retourna

    au polissoir, se faire poncer sans trêve.

    Tant et si bien qu’il devint sphère.

    Lors, il roula dans la poussière

    et, jusqu’à la mer, emporté,

    s’y engloutit à tout jamais.

    Jeunes gens, méditez l’infortune cruelle

    du pauvre tétraèdre, amoureux trop zélé.

    Si vous croisez un jour, semblable péronnelle,

    n’usez point d’artifice et fuyez de tels rets.

     

     

    Monique Mérabet

    « Bonnes vacancesSculpture de Michel-Ange »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :